13 février 2012

Le Burns Supper (3): C'est parti, mon kikilt!

Pas de Janvier écossais sans Burns Supper! Pas de Burns Supper sans danse écossaise! C'est bien le minimum requis pour digérer un haggis copieux et un cranachan roboratif. (voir chroniques précédentes et albums-photos) Il faut dire que les danseurs d'un soir avaient bien répété sous la houlette de Gavin ANDERSON, D.J. d'un soir et chaperon de ce thé dansant tardif en terre tervaise. Et en avant-deux la musique...Il faut dire, aussi, que le gros de la troupe comptait sur les Sauteriaux adeptes des avant-deux et autres bourrées... [Lire la suite]

12 février 2012

Burn's supper(4): Akikilélekilt?

Petit intermède en attendant le dernier volet de la saga du haggis : "Sonnet qu'un au revoir" et les remerciements officiels pour votre assiduité record en janvier. Le bloggeur, comme s'il n'avait rien d'autre à faire, lance un grand concours inspiré par son paparazzi d'un soir, Louis FRADIN qui, toute la soirée, n'a pas lâché les porteurs de jupes à carreaux. Il ne les a pas kilté d'un oeil...Cela s'appelle: Akikilélekilt? A vous de voir si vous reconnaissez les six ci-dessous au vu des carreaux ou du tartan, de la prestance ou du... [Lire la suite]
11 février 2012

Le Burns Supper(5): Haggis, Sonnet qu'un au revoir

Robert BURNS est vraiment un des grands poètes populaires du monde anglo-saxon. Chaque lecteur du blog sait désormais qu'on lui doit "l'ode à un haggis", mais aussi le "ce n'est qu'un au revoir " des britanniques, le célèbre "Auld lang syne": Le poète écossais, en fait, n'hésitait pas à poéter plus haut que son cul: un ode par-ci, un sonnet par là. Pas étonnant que les écossais entonnent "Auld lang Syne" à chaque fin de soirée quand il faut se quitter...Ode au haggis: sonnet qu'un au revoir.Il paraît que Robert Burns, malgré son... [Lire la suite]
Posté par alain cadu à 22:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
14 novembre 2010

Highland: les sponsors à l’honneur

 Sans sponsors privés, les Highland Games auraient de la peine à exister. La preuve! Ils comptent pour 30% du budget…  Excusez du peu! A l’heure où le robinet des subventions se ferme avec un conseil général qui a carrément coupé l’eau qu’il ne veut à aucun prix mélanger avec un whisky d’outre-Manche, les parrains font partie intégrante du paysage.  Et pas seulement sur les murs du château! (voir album-photo 01 2010 le mur des sponsors). ... [Lire la suite]