20200208_202819L'arrivée d'un nouveau lanceur chez les Bockers est toujours un évènement à marquer au fer rouge.

Et pas seulement parceque le groupe affiche désormais 10 lanceurs et 2 lanceuses depuis l'arrivée de Benoit Rappold dans le groupe.

Parce qu'en plus le pedigré de cette nouvelle recrue de 32 ans rencontrée lors de la soirée des bénévoles n'est pas banal.

Etonnez-moi, Benoit!

"J'ai découvert les HighlandGames lors des Jeux de l'an dernier au château. J'ai immédiatement été séduit par l'ambiance et par la nature des épreuves proposées aux lanceurs."

Il faut dire que Benoit est un ancien rugbyman et également un spécialiste de la coupe de bois de vitesse, que ce soit à la hâche, à la tronçonneuse ou même à la scie. Si, si!

Il faut dire aussi qu'il officie comme forgeron au Puy du Fou. C'est presque son bâton de maréchal puisqu'il y fut maréchal-ferrant. Aujourd'hui à son compte du côté de Saint Amand sur Sèvre, il continue à s'occuper des chevaux du grand parc vendéen.

C'est bien la preuve que c'est en forgeant qu'on devient forgeron et en ferrant qu'on devient maréchal.

maréchal 1Deux fers au feu

Benoit Rappold ne sera pas dépaysé lors des épreuves de Highland Games pour une double raison:

- l'une des épreuves reines est, comme chacun sait, le lancer de marteau, héritage de l'occupation dominicale des forgerons écossais au fil des siècles voire du millénaire. Chaque dimanche, ils balançaient le marteau le plus loin possible pour se défouler après avoir tapé sur l'enclume toute la semaine.

-et pour l'autre épreuve reine, le "tossing the caber", il va falloir qu'il s'adapte: au lieu de le débiter le tronc à la hâche (ah la vâche!) ou à la scie (mais si, mais si!), il va falloir désormais qu'il se contente de le retourner.

Les Bockers de Bressuire n'ont pas hésité longtemps avant de l'accueillir. Ils n'ont pas eu besoin de beaucoup ruser pour ferrer la nouvelle recrue.

Il se chuchote même qu'ils auraient tous entonné à son arrivée:

"Maréchal-ferrant, nous voilà!
Tu nous as redonné l'espérance
La Patrie renaîtra!
Maréchal, Maréchal-ferrant, nous voilà!"

En tous cas, entre la coupe de bois de vitesse et la maréchalerie, voilà une recrue qui n'a pas les deux pieds dans le même sabot.

Alain CADU

(photo du blogueur et de o&bmarechalerie)